Article : Les notions de personnage-joueur et Roleplay pour l’étude de l’identité dans les MMORPG

Les notions de personnage-joueur et Roleplay pour l’étude de l’identité dans les MMORPG

Disponible en ligne

Résumé

L’identité est une des notions phares des sciences humaines et sociales dans la deuxième moitié du vingtième siècle. Cependant, ses usages multiples en font une notion parfois floue. Le développement des nouvelles technologies de l’information et de la communication invite à redéfinir certains de ses principes et certaines notions. Celle d’avatar, souvent mobilisée par les chercheurs, ne rend pas compte de la multiplicité et de la complexité des phénomènes observables et du poids des dispositifs dans les pratiques des utilisateurs. Le terme personnage-joueur va permettre de comprendre que c’est dans le lien qui unit le personnage à son joueur que se jouent les relations entre les différents acteurs sociaux. La notion de Roleplay, conçue comme une stratégie identitaire, aide à définir la nature particulière de ce lien.

Mots-clefs : Stratégies identitaires, MMORPG, Personnage-joueur, Roleplay, Avatar

Summary

The notions of Player-Character and Role-Playing for studying identity in MMORPGs

The concept of identity has had a tremendous success during the second half of the twentieth century. But its various definitions make its use blurry at times. The development of information and communication technologies invites us to redefine some principles and notions. The notion of avatar, often used by researchers, does not explain the multiplicity and the complexity of the phenomena that one can observe, nor the effect of the apparatus on the practices of its users. The term Player-Character shows that the relations between social actors cannot be understood without taking into account the links that players build with their characters. The Role-Playing, as an identification strategy, helps to define the specific nature of this link.

Key Words : Identification strategy, MMORPG, Player-character, Roleplay, Avatar

Pour citer l’article

Di Filippo Laurent, « Les notions de personnage-joueur et Roleplay pour l’étude de l’identité dans les MMORPG », dans revue ¿ Interrogations ?, Partie thématique [en ligne], http://www.revue-interrogations.org/Les-notions-de-personnage-joueur

 

Une réflexion au sujet de « Article : Les notions de personnage-joueur et Roleplay pour l’étude de l’identité dans les MMORPG »

  1. Bonjour,

    Il y a beaucoup d’éléments très intéressants dans cet article dont je recommande la lecture. Je souhaite apporter ma petite pierre en discutant ici surtout des éléments qui m’ont posée question.

    Premier point : Les mondes virtuels
    Je me suis beaucoup interrogée sur ce terme lors de l’écriture de ma thèse. Au départ, je considérai, comme décrit dans l’article, que cela désignait tous les univers persistants qui n’étaient pas des jeux. Mais le terme est en fait employé généralement de manière beaucoup plus large. « monde virtuel » (ou virtual world) est souvent utilisé pour designer les univers numériques persistants qu’ils soient ludiques ou pas. C’est particulièrement vrai pour les anglophones, mais aussi francophones (rarement les joueurs c’est vrai).
    Dans les faits, la distinction qui est faite entre monde virtuel et MMORPG dans l’article ne me semble pas très claire.
    Dans l’ensemble je n’aime pas beaucoup parler de « mondes virtuels ». C’est très à la mode et la plupart des chercheurs comprennent de quoi il est question, mais je pense qu’il y a mieux (suivant ce dont on parle) vu que finalement, cela peut vouloir tout et rien dire…

    Deuxième point : Les avatars et les personnages joueurs (le cœur de l’article !)
    La discussion m’a beaucoup intéressée parce que j’ai aussi été confrontée au même problème sans toutefois l’avoir résolu. Pour autant, l’article n’a pas réussi à me convaincre d’abandonner le terme d’avatar pour celui de personnage joueur. Il s’agit de deux choses différentes de mon point de vue.
    Le personnage, quand il est désigné comme tel par un chercheur comme un joueur est un élément externe au joueur. On en parle à la troisième personne. En revanche, quand le joueur parle de lui en train de jouer dans un univers de fiction, il dit « je », mais ce n’est pas son corps dans le monde physique dont il est question, c’est lui, incarné dans un corps de fiction et de synthèse, mais qui est en quelque sorte doté d’une chair, graphique (c’est particulièrement vrai pour les jeux en 3D temps réel). Pour désigner le couple que forme le joueur avec son personnage virtuel quand il l’incarne et quand on est pas soit-même le joueur, le terme « avatar » me semble beaucoup plus adapté. En effet, le terme d’avatar comporte l’idée d’incarnation qui décrit bien mieux le phénomène, à mon sens, que le terme de personnage-joueur.
    L’aspect divin et magique lié à ce terme me semble au contraire bien correspondre à ce processus et aux univers de fiction des jeux de rôle.
    Finalement, j’utilise les deux termes alternativement, suivant que l’on parle du personnage créé par le joueur mais sans incarnation, ou du joueur incarné dans un personnage, dans ce cas, il s’agit d’avatar.
    Un de tes contra argument c’est que les joueurs et les concepteurs de jeux de rôle n’utilisent pas ce terme. Je pense que ce n’est pas suffisant pour exclure un terme. Déjà, les joueurs n’en ont à priori pas autant besoin que les chercheurs. Par ailleurs, il y a une grande différence entre jeux de rôle en ligne en 3D et jeu de rôle sur table, les concepteurs n’utilisent pas le même vocabulaire, car l’expérience est différente. Enfin, en tant que chercheur, on cherche à être précis, on est du coup souvent amené à utiliser des termes que n’emploient pas les utilisateurs car ils n’ont souvent pas besoin de s’exprimer sur les concepts en question. Cela ne rend pas ces termes caduques à mon sens, tant qu’ils nous aident à mieux comprendre les phénomènes en jeu (et qu’ils ne nous empêchent pas de nous comprendre entre chercheurs 😉 ) . Je pense par exemple au concept d’expérience esthétique. Je ne crois pas avoir jamais rencontré de joueur utilisant ce terme, pourtant, ils ont souvent décrit exactement le concept que ce terme recouvre.

    Bonus :
    – Attention, contrairement à l’opinion généralement répandue chez la plupart des joueurs de MMORPG, il y a beaucoup de roleplay sur Second Life ! Ce n’est pas parce que le jeu n’est pas la vocation première de cet univers persistant qu’il n’y a pas de jeu dessus, loin de là.
    – Le sous-titre « la place des filles » est indélicat. Les joueuses sont toutes des enfants ? Parlerais-tu de garçons pour désigner les joueurs ?
    – Dans la partie « le roleplay comme modalité d’engagement », dans le premier paragraphe, ta citation à propos de la diffilculté à faire du roleplay dans les mmorpg ne concerne que world of warcraft, c’est une généralisation un peu facile 😉 Il serait bien aussi d’expliquer ce que tu appelles le roleplay puriste !
    – L’extrait que tu cites de la référence 55 (que je n’ai pas lue par ailleurs) me semble tout à fait fausse au vu de mes propres recherches : non, la majorité des joueurs de mmorpg ne pratique pas le roleplay ! (cf thèse ou analyse du sondage « le mmorpg idéal »)
    – J’aurais bien aimé en savoir plus sur la stratégie identitaire dont il est question en conclusion 😉

    Je suis désolée pour le délai de réponse (et la quantité à lire, du coup 😉 ) , j’avais lu l’article et l’avais pris en note il y a déjà longtemps, il fallait que je me prenne une heure pour écrire ça ici… J’espère que cela sera utile et permettra d’aller plus loin dans la discussion !

    Edwige Lelièvre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *