Note de lecture : Ivar Ekeland, quand les sagas rencontrent les mathématiques, Valland, 8.

Ivar Ekeland, Au hasard. La chance, la science et le monde, Paris Éditions du Seuil, « points sciences », 1991.
Il est de coutume de proposer des notes de lectures d’ouvrages parus récemment, qui permettent de tenir la communauté scientifique au courant de l’actualité de la recherche. C’est pourquoi les recensions ne se font généralement pas sur des ouvrages de plus de 2 ou 3 ans. Je vais néanmoins déroger à cette règle afin de présenter un livre paru il y a plus de 20 ans, écrit par un mathématicien français d’origine norvégienne, Ivar Ekeland. J’ai eu connaissance de ses travaux par l’intermédiaire de mon directeur, Jacques Walter, qui a découvert son nom dans le premier numéro de la jeune revue Socio. Dans une interview, le sociologue Immanuel Wallerstein y mentionne ce qu’a provoqué pour lui la découverte des écrits du mathématicien français : « Il explique que pour aller de l’avant dans l’analyse des problèmes mathématiques, il ne faut pas négliger les sagas nordiques, et montre, chapitre par chapitre comment y sont soulevés des questions fondamentales. Cela a été pour moi une ouverture très importante quand j’ai découvert à travers lui l’idée qu’un mathématicien pense que pour aller plus loin dans la mathématique pure, il faut se plonger dans les sagas nordiques ou dans d’autres sagas ». Il n’en fallait pas plus pour éveiller ma curiosité et je me suis donc procuré son ouvrage Au hasard. La chance, la science et le monde. […]

Lire la suite : http://www.academia.edu/4954498/Valland_numero_8_novembre_decembre_2013_

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *